Société d'aide juridique

Blog

LAS poursuit au nom des locataires de l'immeuble effondré du Bronx

La Legal Aid Society a intenté une action en justice contre les propriétaires du 1915 Billingsley Terrace – l’immeuble du Bronx qui s’est partiellement effondré le 11 décembre 2023 – demandant des réparations immédiates à plus de 133 violations de logement, dont plus de la moitié sont classées comme « immédiatement dangereuses ».

Le litige vise également à lever une ordonnance d’évacuation partielle pour permettre aux locataires déplacés – dont beaucoup vivent dans des refuges pour sans-abri – de retourner chez eux. De plus, le procès vise à forcer les propriétaires à reconstruire la partie effondrée du bâtiment et à restaurer les unités dans leur disposition et leur superficie d'origine.

Les locataires sont confrontés à des conditions dangereuses, notamment une panne de gaz de cuisine dans tout le bâtiment, des poussières de construction nocives dans les espaces communs, un manque général de services de conciergerie dans le bâtiment et des infestations de cafards, de rats et de souris.

Les propriétaires se sont livrés à un comportement manifestement illégal qui a harcelé et mis en danger les locataires en les obligeant à signer des accords stipulant que les conditions dans leurs appartements étaient entièrement réparées, malgré les conditions déplorables, en échange de la réception des clés de leurs appartements.

"Nos clients et tous les locataires du 1915 Billingsley ont énormément souffert aux mains de leur propriétaire - cependant, leurs difficultés n'ont pas commencé lorsque le bâtiment s'est partiellement effondré, mais des années auparavant, lorsque les conditions dangereuses du bâtiment se sont aggravées", a déclaré Zoe Kheyman, un avocat dans le Unité de justice du logement - Plaidoyer de groupe à la Société d'aide juridique.

« Les propriétaires doivent effectuer des réparations immédiates afin que la Ville puisse lever l'ordre d'évacuation partielle et que les locataires puissent rentrer chez eux », a-t-elle poursuivi. "Pendant que les travaux sont effectués, le propriétaire et la ville doivent veiller à ce que les familles autorisées à rentrer ne soient pas exposées à la poussière de plomb, à la moisissure et à d'autres toxines."