Société d'aide juridique

Twyla Carter

Avocat en chef/PDG

Twyla Carter (elle) est avocate en chef et directrice générale de la Legal Aid Society, devenant la première femme noire et la première Américaine d'origine asiatique à diriger l'organisation au cours de ses 145 ans d'histoire.

Avant de rejoindre Legal Aid, Carter était le directeur national des affaires juridiques et politiques de The Bail Project (TBP), une organisation nationale à but non lucratif qui a été la pionnière d'un mouvement national visant à apporter une aide gratuite sous caution et un soutien avant le procès à des milliers de personnes à faible revenu chaque année. Chez TBP, Carter a créé la mission stratégique du département et dirigé les efforts juridiques, politiques et de plaidoyer aux niveaux fédéral, étatique et local. Après plus de 22,000 5 renflouements sur près de 90 ans et avec XNUMX % de leurs clients retournant devant les tribunaux, le modèle de The Bail Project a prouvé que le système de détention provisoire basé sur la richesse du pays est en panne.

Carter a également été avocate principale du projet de réforme du droit pénal au bureau national de l'American Civil Liberties Union (ACLU), où elle a plaidé les iniquités locales et étatiques en matière de liberté sous caution et les protections du droit à un avocat devant les tribunaux fédéraux et a conçu une liberté sous caution alternative. et les politiques et procédures de représentation pour les juridictions ciblées. Dans ce rôle, Carter a plaidé Booth contre le comté de Galveston, une affaire de mise en liberté sous caution au Texas, où le tribunal de première instance a statué que les personnes accusées de crimes avaient le droit d'être assistées d'un avocat lors des audiences initiales sur la libération sous caution en vertu du sixième amendement, l'une des seules juridictions du pays à garantir une représentation légale à cette étape critique du procès .

À l'ACLU, Carter a également été co- ou avocat principal dans les recours collectifs suivants : Bairefoot contre Beaufort, une affaire de droit à un avocat en Caroline du Sud ; Mock contre le comté de Glynn, une affaire de mise en liberté provisoire en Géorgie ; Blanc contre Hesse, une affaire de mise en liberté sous caution dans l'Oklahoma qui alléguait des violations de la loi américaine sur les personnes handicapées et de la loi sur la réhabilitation ; Allison et al. c.Allen et al., une affaire de mise en liberté sous caution dans le comté d'Alamance, en Caroline du Nord, et Ross c. 36e tribunal de district, une affaire de mise en liberté sous caution et de droit à un avocat à Detroit, Michigan, le cinquième tribunal le plus fréquenté du pays.

Avant de travailler à l'ACLU, Carter a été défenseur public pendant dix ans. Elle était directrice de la pratique des délits pour le département de la défense publique du comté de King à Seattle, où elle supervisait tous les dossiers de délits dans les quatre divisions du département. En tant qu'avocat du personnel de la Defender Association, Carter a traité des affaires de procès pour crime et délit, représenté des mineurs et fait appel des condamnations pour délit. Elle a remporté une décision publiée de la Cour d'appel de l'État de Washington, première division, en État contre vert, qui a confirmé les droits à une procédure régulière des parents accusés d'intrusion dans les écoles publiques.

Dans le contexte des attaques législatives contre l'enseignement de la suprématie blanche et du racisme anti-noir dans les écoles, Carter est vice-président du conseil d'administration de The Who We Are Project. Fondé par Jeffery Robinson, un expert renommé sur le rôle du racisme dans le système judiciaire pénal, le projet vise à corriger les aspects sociaux, juridiques, politiques et économiques du racisme aux États-Unis grâce à du matériel pédagogique, notamment par le biais d'un long métrage documentaire intitulé Qui nous sommes : une chronique du racisme en Amérique. Elle est également membre du conseil d'administration du NAPD Fund for Justice. L'objectif du Fonds est de renforcer le droit à un avocat par le biais de la défense publique aux États-Unis.

Carter est admis à pratiquer le droit à New York, dans l'État de Washington et dans de nombreux tribunaux fédéraux. Elle est une experte reconnue à l'échelle nationale sur la réforme de la liberté sous caution et intervient fréquemment sur tous les aspects du système de justice pénale, y compris la réforme de la police, les questions de droit à un avocat et la manière d'intégrer la race et la culture dans les affaires pénales, la peine de mort et les affaires civiles. . Carter a obtenu un diplôme d'associé du Seattle Central Community College, un baccalauréat de l'Université de Seattle, summa cum laude, et un JD de la faculté de droit de l'Université de Seattle.